3 conseils pour grignoter sainement en réduisant le sucre

On nous répète souvent que grignoter entre les repas est mauvais pour la santé. En réalité, tout dépend de la façon dont vous grignotez et de la composition de vos encas ! En adoptant de bonnes habitudes, il est tout à fait possible de grignoter sainement et même de réduire sa consommation de sucres. Karéléa vous donne 3 astuces pour un grignotage qui ne vous fera pas culpabiliser !

Fractionner ses repas

En grandissant, vous avez sûrement appris qu’une journée est rythmée par 3 repas, pris à des heures fixes :

  • Le petit-déjeuner du matin ;
  • Le déjeuner du midi ;
  • Le repas du soir.

Et avec les années, vous avez sûrement dû abandonner (sans doute à regret), les goûters de 10h et de 16h.

Pourtant, il se peut que vous ressentiez parfois un petit creux dans le courant de la journée, sans que ce soit l’heure des repas… Que faire dans ces cas-là ?

De plus en plus de spécialistes de la nutrition préconisent de se concentrer sur ses sensations de faim et de satiété pour bien gérer la prise des repas. Grâce à cette méthode, il est alors possible de fractionner ses repas (4 ou 5 prises alimentaires au lieu de 3) pour éviter les fringales qui peuvent pousser à se jeter sur des aliments gras et/ou sucrés.

Grâce à cette méthode de rééquilibrage alimentaire, vous n’aurez pas à culpabiliser en dégustant des biscuits fourrés au chocolat Karéléa pendant votre pause du matin ou de l’après-midi. Mais pour éviter toute prise de poids, soyez à l’écoute de votre corps et de vos sensations : attendez d’avoir faim pour prendre votre prochain repas. Il se peut en effet que votre en-cas décale l’heure du déjeuner ou du dîner.

Remplacer le sucre raffiné

Le sucre est souvent diabolisé, mais il faut tout de même remettre les choses dans leur contexte. Plus que le sucre au sens large, c’est le sucre raffiné qui est problématique. Débarrassé de tous ses minéraux et vitamines, le sucre blanc n’apporte en réalité que des « calories vides ».

Ce terme signifie que les calories ingérées n’apportent aucun bénéfice nutritionnel à l’organisme. Si vous mangez trop d’aliments composés de calories vides (gâteaux, fast food, sodas…), vous risquez :

  • D’avoir des carences ;
  • De développer des maladies comme de l’hypertension ou du diabète ;
  • De prendre du poids jusqu’à l’obésité.

Heureusement, comme la nature est bien faite, il existe de nombreux aliments et substances au pouvoir sucrant, qui apportent des « calories pleines ».

Chez Karéléa, nos recettes de biscuits sont garanties soit sans sucres, soit réduit en sucres ou sans sucres ajoutés. À la place, nous utilisons des édulcorants d’origine végétale, qui permettent de donner du goût  notamment le maltitol. 40% moins calorique que le sucre blanc ou le sucre roux, il a aussi l’avantage de ne pas influencer votre taux de glycémie1. C’est grâce à lui que vous pourrez par exemple apprécier nos petits beurres sans sucres ou nos biscuits sésame vanille sans sucres.

Parmi les autres substituts du sucre à privilégier, on peut également citer : le lactitol, le mannitol, le sucralose, la stévia…

Composer des snacks healthy

Maintenant que vous savez qu’il est possible de grignoter et sans ingérer de sucre raffiné, vous avez toutes les cartes en main pour élaborer des snacks healthy ! L’essentiel consiste donc à apporter à votre organisme tous les nutriments dont il a besoin pour fonctionner. Pour cela, vous pouvez composer vos en-cas comme ceci :

  • Un thé ou un café non sucré pour vous hydrater ;
  • Un fruit pour faire le plein de fibres ;
  • Des fruits secs qui contiennent du « bon gras » (poly- et monoinsaturés) ;
  • Quelques lunettes à la fraise pour la gourmandise.

Natures, au chocolat, à la fraise, au citron ou à la vanille : craquez pour les biscuits sans sucres ajoutés de Karéléa. Des alliés parfaits pour grignoter sainement et réduire le sucre dans votre alimentation… sans compromis sur la gourmandise !

 

¹ La consommation de denrées alimentaires contenant du maltitol à la place de sucre entraîne une hausse de la glycémie inférieure à celle qu’entraîne la consommation de denrées alimentaires contenant du sucre.